Dans l’imaginaire collectif mondial, Paris est une des grandes villes du modèle vivant. Mais on oublie souvent le modèle du XXIe siècle. c’est à dire… nous. La vie de bohème, en particulier celle de Montparnasse des années 1920, enveloppe le modèle actuel d’une vision quelque peu poussiéreuse. Tant et si bien qu’aux yeux du quidam,  le métier qu’il représente est une abstraction. Sa réalité pourtant est faite de chair et de temps, teintée il est vrai (et c’est ce qui fait son charme) de fantasmes – d’un grand secret. Le secret du vivant. Ici et aujourd’hui,  le modèle est bien une réalité;  une réalité méconnue par la société, pas toujours considérée par nos collaborateurs. Modèle est pourtant pour certains un vrai métier qui demande rigueur et compétences, force et souplesse.

 

Le statut et le métier de modèle vivant

 

À l'heure actuelle, en France, le modèle est un travailleur vacataire. À défaut de statut particulier, il est payé sous forme de contrats ponctuels (salarié), parfois sur facture.

Son taux horaire varie en fonction de l'employeur, également du médium utilisé - un modèle est mieux payé en photographie par exemple (voir dans la rubrique Nos fiches pratiques, les tarifs recommandés).

Le modèle pose tout autant pour le dessin (croquis/poses longues), le modelage, la peinture, la photographie… Il a donc généralement plusieurs employeurs, des secteurs public et privé : ça peut être une mairie, une école, une association, un artiste indépendant…

 

La définition du métier proposée par la coordination des Modèles d'art est celle-ci:

Modèle d'art/Modèle vivant
Le modèle propose une prestation physique sous forme de poses artistiques dans le cadre d'un atelier d'arts plastiques. Il crée des formes dans l'espace, immobile ou en mouvement, nu ou habillé, afin de représenter le vivant et la dimension humaine dans les pratiques artistiques actuelles et leur enseignement.

 

Chaque modèle a son style, en fonction de sa personnalité, de son physique, de son énergie, de sa souplesse, de son rapport à l'espace, de sa présence…

La définition la plus basique du métier pourrait être celle-ci (voir également La fiche métier proposée dans la Rubrique Nos fiches pratiques):

 

Le modèle prend des poses, des postures, qu'il doit tenir pour un laps
de temps donné allant de quelques secondes, ou quelques minutes,
à 3/4 d'heure.

Il pose sur une sellette (petite estrade), généralement nu, dans le cadre d'un atelier d'arts plastiques, pour une école ou un artiste - pour des séances de 2 à 4 heures (il peut cumuler plusieurs séances/jour) - ou dans d'autres lieux, quand il s'agit de séances de photographie par exemple.

Dans les écoles, il propose habituellement ses propres poses, en tenant compte des temps impartis. L'enseignant lui donne parfois des orientations (en partant d'un tableau déjà existant par exemple, avec quelquefois des accessoires).

Le travail avec l'artiste, quant-à lui, est différent dans la mesure où il dépend de la recherche créative de celui-ci. Le déroulé de la séance est alors décidé d'un commun accord.

 

Contrairement aux idées reçues, il n'y a pas de canon esthétique pour être modèle. Tous les corps, qu'ils soient fins ou forts, jeunes ou vieux trouvent leur place sur la sellette.

Le modèle peut poser épisodiquement ou professionnellement (à condition de trouver suffisamment d'heures, ce qui n'est pas toujours facile en dehors des capitales!).

Pour les poses longues (parfois la même pose 15 heures par semaine pendant plusieurs semaines), le modèle doit faire preuve tout autant de self-control que de lâcher prise. Pour les poses courtes, qui s'enchainent parfois très rapidement pendant 45 minutes, il doit faire preuve de créativité.

D'autres compétences sont nécessaires, surtout si le modèle pose beaucoup: la résistance, la détente, la générosité, la concentration, ainsi qu'une certaine connaissance de son corps, du rapport des formes, de l'espace, etc.

 

Ces compétences ne sont néanmoins pas indispensables lorsqu'il s'agit d'un modèle que l'on pourrait qualifier de "modèle de caractère", et qui sera choisi pour des spécificités physiques, par exemple sa robustesse, son âge avancé…

Les modèles ayant un bagage chorégraphique ou en lien avec un travail du corps sont souvent très appréciés en raison d'une certaine "aisance" physique et d'une conscience plus aiguisée du rapport à l'espace.